Rendez-vous au 05.54.07.07.30

Le blanchiment au secours de mes dents

Le temps passe, les mégots dans le cendrier s’entassent, le café coule à flot dans les tasses et vos dents deviennent plus jaunasses.

Ca vous énerve, ça vous met les nerfs, et du coup… vous fumez encore plus.

Sale réflexe.

Bon, tout n’est pas perdu.

Il existe des solutions pour se blanchir les dents.

Bien sûr, arrêter la clope serait encore mieux.

Mais dans l’attente…

 

Un check-up d’abord !

C’est la première étape, qu’on envisage un blanchiment pratiqué par un professionnel ou à la maison.

L’éclaircissement dentaire doit être effectué sur des dents saines. En cas de carie, il pourrait l’aggraver et nécessiter de dévitaliser la dent. Le blanchiment peut aussi accentuer l’inflammation des gencives en cas de gingivite.

Ce qu’on veut, c’est soigner le sourire. Pas se défoncer les dents ni les gencives.

Alors, hop, un petit saut chez le dentiste, histoire de s’assurer que tout est en ordre et que le blanchiment peut avoir lieu sans danger.

Après un examen des dents, le dentiste vous nettoiera la bouche et vous proposera un détartrage dentaire pour une meilleure absorption du produit blanchissant, ainsi qu’un polissage éventuellement.

 

Blanchiment dentaire : fausse bonne idée ?

Le dentiste pourra aussi vous renseigner.

Le blanchissement dentaire est-il fait pour vous ?

Tout dépend de ce qui a causé la coloration de vos dents. L’éclaircissement dentaire sera alors plus ou moins efficace.

En cas de dyschromie primitive, la teinte jaunâtre est d’origine génétique et donc difficilement modifiable. Les gènes, l’hérédité et l’appartenance ethnique influencent en effet la couleur des dents, son évolution dans le temps, ainsi que l’épaisseur et la transparence de l’émail qui jouent sur la visibilité plus ou moins grande de la dentine (de couleur jaune) en transparence.

De la même façon, il sera difficile de combattre un jaunissement provoqué par certaines maladies ou par la prise de certains produits ou traitements médicamenteux (fluor, antihistaminique, antipsychotique, tétracycline consommée durant l’enfance, etc).

Par contre, si c’est votre consommation de thé, de café ou de tabac qui est en cause, vous avez frappé à la bonne porte ! Ces produits laissent un dépôt sur les dents qui infiltrent peu à peu l’émail, malgré le brossage dentaire.

 

Des contre-indications ?

Le blanchiment dentaire est déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes. Dans le premier cas, le produit pourrait passer la barrière placentaire. Dans le second, il pourrait se retrouver dans le lait maternel. Les mineurs, chez qui les tissus ne sont pas encore matures, devraient eux aussi éviter d’y recourir. Le blanchiment est clairement à proscrire si les dents définitives ne sont pas complètement formées et sorties.

Les risques que présentent les produits blanchissants pour la santé ne sont pas connus. Ces contre-indications ont donc un objectif préventif.

 

Action !

Vous êtes prêt à sauter le pas ? Ok !

Chez le dentiste, pensez à demander un devis, ou des conseils sur le produit à privilégier et sur la façon de s’y prendre (si vous préférez le faire vous-même avec un produit du commerce).

Les agents blanchissants les plus utilisés sont le peroxyde d’hydrogène, le peroxyde de carbamide et le peroxyde d’urée.

Dans les produits en vente libre, la concentration de peroxyde d’hydrogène est limitée à 0,1% (alors qu’elle peut aller jusqu’à 6% dans les produits utilisés par le dentiste). Le résultat obtenu ne sera donc pas le même.

Chez le dentiste, les techniques d’éclaircissement dentaire permettent de gagner deux à sept teintes. Le professionnel vous montrera le nuancier pour évaluer votre teinte d’origine et vous donner une idée de celle que vous pouvez obtenir.

Application d’un gel dentaire, port d’une gouttière 1h par jour durant une à deux semaines… La technique choisie variera en fonction de la teinte initiale des dents et de celle visée. En gros, de l’ampleur du travail à réaliser.

Les effets du blanchiment durent environ 2 ans. Mais ils peuvent être écourtés ou rallongés en fonction de l’hygiène de vie (tabagisme, consommation de café, brossage dentaire régulier ou non…).